Date de publication: 29/03/2017

Augmentation inquiétante des cas de rougeole en Europe


PARTAGER

En Europe, selon l'Organisation mondiale de la santé, plus de 500 cas de rougeole ont été notifiés en janvier 2017 dans sept pays, dont la France. L'augmentation du nombre de cas est due à une baisse de la couverture vaccinale de la population contre la rougeole.

La majorité des cas notifiés à l'Organisation mondiale de la santé en janvier 2017 (474/559) ont été notifiés dans sept pays (France, Allemagne, Italie, Pologne, Roumanie, Suisse et Ukraine). Les données préliminaires montrent qu'en février le nombre de nouveaux diagnostics a augmenté considérablement. 

La cause de ce phénomène est l'insuffisance de la couverture vaccinale contre la rougeole. Selon des chiffres de la Banque Mondiale, en 2015, un peu plus de 93 % de la population européenne âgée de 12 à 23 mois avait reçu au moins une dose de vaccin trivalent contre la rougeole, les oreillons et la rubéole. Pour qu'une couverture vaccinale soit optimale, il est nécessaire qu'au moins 95 % de la population ait reçu les deux doses de vaccin trivalent contre la rougeole, les oreillons et la rubéole.

1. Situation en France

Cet objectif n'est pas encore atteint. La situation s'est améliorée depuis 2008, puisqu'en 2015 93,2 % des élèves de CM2 avaient reçu les deux doses nécessaires. Ils n'étaient que 85 % en 2008.

C'est notamment la région du Grand Est qui est la plus touchée avec 61 cas de rougeole entre le 30 janvier et le début mars, en Moselle. Forbach, à la frontière avec l'Allemagne, et Metz sont les deux secteurs les plus touchés. 

Pour le moment, cette épidémie est loin d'atteindre l'intensité observée entre 2008 et 2011, avec 23.000 cas dont 10 décès.

2. Situation en Roumanie

Le pays européen le plus atteint est la Roumanie. L'épidémie y a débuté en 2016, avec 3.196 cas biologiquement confirmés, dont 17 décès en date du 3 mars. En 2015, seuls 7 cas de rougeole avaient été recensés dans ce pays.

La plupart de ces cas ont été notifiés dans des régions où la couverture vaccinale est particulièrement basse.

3. Situation en Italie

Le nombre des cas notifiés de rougeole dans les premières semaines de 2017 est en nette augmentation. En janvier, 238 cas ont été notifiés, alors que durant toute l'année 2016, 844 cas avaient été déclarés.

Selon les autorités sanitaires, 700 cas auraient été notifiés au cours des trois premiers mois de l'année. La plupart des cas sont âgés de 15 à 39 ans et vivent dans les villes développées telles que Turin, Rome, Milan et Florence.

La dernière grande épidémie enregistrée en Italie était survenue en 2002, avec 18 000 cas dont 15 décès.

Les voyages peuvent augmenter le risque d'exposition au virus de la rougeole ainsi que sa propagation chez les populations sensibles qui ne sont pas vaccinées (dont les bébés).

La rougeole, maladie très contagieuse, reste une cause importante de décès chez les jeunes enfants dans le monde, en dépit de l'existence de vaccins efficaces. Elle est causée par le virus de la rougeole appartenant au genre Morbillivirus de la famille des Paramyxovirus. Le virus est transmis par contact direct et par l'air, infectant les muqueuses puis se propageant à tout l'organisme. La rougeole est une maladie humaine et on ne connaît pas de réservoir chez l'animal.

Bien que généralement bénigne, la rougeole peut occasionner de graves complications, telles que des encéphalites et des pneumonies, et peut dans de rares cas être mortelle. Une protection proche de 100 % est obtenue après deux doses d'un vaccin trivalent rougeole-oreillons-rubéole.

Le premier signe d'infection est en général une forte fièvre qui apparaît environ 10 à 12 jours après l'exposition au virus et persiste 4 à 7 jours. Au cours de ce stade initial, le tableau peut comporter une rhinorrhée (nez qui coule), de la toux, des yeux rouges et larmoyants, et de petits points blanchâtres sur la face interne des joues. L'éruption apparaît plusieurs jours plus tard, habituellement sur le visage et le haut du cou. En trois jours environ, elle progresse pour atteindre les mains et les pieds. Elle persiste 5 à 6 jours avant de disparaître. On l'observe en moyenne 14 jours après l'exposition au virus, dans un intervalle de 7 à 18 jours.

La plupart des décès sont dus aux complications de la maladie. Celles-ci sont plus fréquentes avant l'âge de 5 ans ou chez l'adulte de plus de 20 ans. Parmi les complications les plus graves, on observe des cécités, des encéphalites, des diarrhées sévères (susceptibles d'entraîner une déshydratation), des infections auriculaires et des infections respiratoires graves comme la pneumonie.

Pour les voyageurs, la vaccination n'est pas uniquement un acte personnel servant à se protéger soi-même ou ses enfants, c'est aussi un acte solidaire pour éviter la transmission de maladies dans le monde entier.

Il est conseillé aux voyageurs de vérifier, avant un départ, leur statut vaccinal. En France, toute personne née depuis 1980 devrait avoir reçu deux doses d'un vaccin trivalent contre la rougeole, les oreillons et la rubéole (M-M-RVAXPRO® ou PRIORIX®).

Pour le voyageur, des informations détaillées sont disponibles sur les sites Mesvaccins.net ou Medecinedesvoyages.net.

Source : Promed, Médias locaux, Organisation mondiale de la santé.

Source: Vidal