Date de mise à jour : 20/10/2017

Bien suivre son traitement : l'observance


Pour garantir l'efficacité du traitement et en limiter la toxicité, il est essentiel d'en respecter l'observance

En effet, outre la prise du traitement médicamenteux, c'est l'ensemble des prescriptions faites par le médecin qui doivent être suivies : modalités de prise et dose de médicament, suivi médical, règles d'hygiène ou de diététique, etc. 

Le manque d'observance regroupe plusieurs comportements tels que :
- le non-respect de la posologie du médecin (mode d'administration, dose, heure de prise, ...),
- l'arrêt du traitement,
- le non-renouvellement du traitement.

Il constitue un enjeu de santé publique majeur, et notamment dans le cas des maladies chroniques.

Limiter les oublis de prise

Quelques conseils pour ne pas oublier de prendre ses médicaments : 

- Associer la prise du médicament à un acte quotidien (repas, brossage de dent, coucher, ...)
- Mettre ses médicaments à un endroit où l'on passe chaque jour (cuisine, salle de bains) tout en veillant à les conserver hors de portée des enfants
- Cocher une croix sur un calendrier de prise chaque fois que l'on a pris son médicament
- Se procurer un pilulier hebdomadaire ou un pilulier électronique en pharmacie
- Mettre une alarme sur son réveil ou son téléphone portable

Image Santé et Maladies

Attention !

Bien réagir en cas d'oubli de prise

Le comportement à adopter en cas d'oubli de prise dépend de la fréquence de prise du médicament : 
- 1 prise par jour : il est possible de rattraper la prise oubliée dans les heures suivant l'heure habituelle de prise (sauf pilules contraceptives)
- 2 prises par jour : il est possible de rattraper la prise oubliée dans les deux heures suivant l'heure habituelle de prise
- 3 prises par jour : il est possible de rattraper la prise oubliée dans l'heure suivant l'heure habituelle de prise. 
Une fois passé ces délais, mieux vaut généralement "sauter" une prise et attendre la prochaine (ne pas doubler la dose). 


Ne pas arrêter un traitement en cours sans avis médical

Quel que soit le type de traitement concerné (traitement ponctuel ou de longue durée), arrêter un traitement en cours de route doit se faire sous le contrôle d'un médecin. 


Les traitements ponctuels et de courte durée (les antibiotiques par exemple) doivent être pris sur toute la durée prescrite par le médecin. 
Il est important de ne pas les arrêter en cours de route, même si l'état de santé s'est amélioré ou que les symptômes ont disparu. 
En effet, la disparition des symptômes ne signifie pas que la pathologie est traitée, et l'arrêt prématuré peut, par exemple dans le cas d'infections bactériennes traitées par antibiotiques, favoriser la résistance des bactéries et rendre la pathologie d'autant plus difficile à traiter par la suite. 

Pour les traitements de longue durée mais qui ne nécessitent pas d'être pris à vie (exemple : pilule contraceptive, anxiolytiques) et pour lesquels l'arrêt peut être envisagé pour diverses raisons, un avis médical reste nécessaire pour accompagner l'arrêt du traitement
En effet, certains médicaments entraînant une dépendance physique ou psychologique (exemple : anxiolytiques) doivent être arrêtés de façon progressive (diminution des doses et/ou de la fréquence). 

Enfin, pour les traitements à vie, il est toujours possible de consulter votre médecin ou votre pharmacien pour adapter votre traitement du mieux possible afin d'en limiter les désagréments.