Date de mise à jour : 27/04/2017

Commencer un nouveau traitement


La prise d'un nouveau médicament, que celui-ci soit disponible en libre accès ou uniquement sur ordonnance, présente toujours des risques.

Aussi, il est important de prendre quelques précautions avant de débuter un nouveau traitement.

1. Lire la notice des médicaments avant la première prise

La notice fournit un certain nombre d'informations sur les indications du médicament, les instructions pour l'administration du médicament, les effets indésirables et surtout les éventuelles contre-indications au traitement. 

Avant de débuter un traitement, assurez-vous que vous n'êtes pas concerné(e) par ces contre-indications. 

Exemple : femme enceinte, allergies, ...

En cas de doute, demandez conseil à votre pharmacien avant de commencer le traitement.


2. Etre vigilant en début de traitement

Lorsque l'on débute un traitement pour la première fois, il faut être particulièrement vigilant à la survenue d'éventuels effets indésirables.

Les effets indésirables connus sont répertoriés sur la notice du médicament, mais il peut arriver que d'autres réactions surviennent.

Dans tous les cas et en cas de survenue d'effets indésirables, consultez un médecin ou un pharmacien au plus vite.


3. Faire attention aux interactions avec certains aliments, alcools et drogues

D'une façon générale, il n'est pas conseillé de prendre de l'alcool avec un médicament.

De même, certaines drogues (dont le tabac) peuvent interagir fortement avec les médicaments et avoir de graves conséquences.
En outre, certains médicaments réagissent avec un type d'aliment particulier : 
- soit parce que leur action est inhibée par l'aliment en question,
- soit parce que l'un des principes actifs contenus dans le médicament est aussi contenu dans l'aliment, ce qui a pour effet d'augmenter la dose prévue. 

C'est le cas par exemple des traitements par AVK (antivitamines K) destinés à fluidifier le sang et dont le dosage doit être particulièrement précis pour éviter un sous-dosage (risque de caillot sanguin) ou un surdosage (risque d'hémorragie). Or certains aliments contiennent de la vitamine K (choux, épinards, laitues, tomates, ...) et risquent d'interférer avec le traitement. 

De même, certains médicaments prescrits à la ménopause (diphosphonates) pour limiter la perte osseuse réagissent très mal lorsqu'ils sont consommés avec du calcium. 
Le jus de pamplemousse ou bien encore le sel peuvent également interférer avec certains traitements. 

En cas de doute, n'hésitez pas à demander conseil à votre médecin ou votre pharmacien.

4. Faire attention à la consommation d'autres médicaments pendant un traitement

Lorsque vous suivez un traitement prescrit par un médecin, il est fortement déconseillé de recourir en parallèle à l'automédication sans avis médical. 

En effet, tout médicament (y compris ceux disponibles sans ordonnance) peut interagir avec le traitement en cours.

Il en va de même pour l'homéopathie et les plantes, qui peuvent contenir des substances susceptibles d'inhiber le traitement ou d'en augmenter les effets indésirables.