Date de mise à jour : 20/10/2017

L'officine


Qu'est-ce qu'une pharmacie d'officine?

D'après l'art. L5125-1 du Code de la santé publique, la pharmacie d'officine est un "établissement affecté à la dispensation au détail des médicaments, produits et objets mentionnés à l'article L4211-1 ainsi qu'à l'exécution des préparations magistrales et officinales."

Les pharmacies d'officine sont signalées :

  • soit par une croix verte (lumineuse ou non)
  • soit par un caducée (coupe d'Hygie et serpent d'Epidaure)

L'officine doit être détenue par le(s) pharmacien(s) titulaire(s) et le nom du ou des titulaires doit être affiché de façon lisible sur la porte de l'officine.

L'indivisibilité de la propriété de l'officine

La pharmacie d'officine en France repose sur l'indivisibilité de la propriété et de l'exploitation de l'officine.

En effet, un pharmacien titulaire doit être propriétaire de son officine afin d'être exempt de tout intérêt capitalistique.

Ce principe vise à garantir le respect des objectifs fixés par l'Assurance Maladie : limiter la consommation de médicaments et s'assurer de leur bon usage.

L'aménagement d'une pharmacie d'officine

Afin d'assurer la qualité et la sécurité des actes officinaux (dispensation des médicaments, préparations magistrales, ...) l'agencement d'une officine est réglementé par le Code de la santé publique (art. R5125-9) :
"La superficie, l'aménagement, l'agencement et l'équipement des locaux sont adaptés aux activités et permettent le respect des bonnes pratiques mentionnées à l'art. L5125-5".

En outre, les pharmacies d'officine doivent disposer d'un local "d'un seul tenant", sans aucune communication directe avec un autre local professionnel ou commercial et doivent être agencées de façon à respecter les contraintes propres à chaque espace :

  • Un espace de confidentialité pour permettre aux patients de s'exprimer en toute discrétion. Dans le cadre des nouvelles missions du pharmacien, cet espace peut également être utilisé pour réaliser des entretiens de suivi thérapeutique par exemple.
  • Un espace réservé aux médicaments dits "en libre accès". Il s'agit de certains médicaments de prescription médicale facultative, dont la vente n'est pas soumise à la prescription préalable d'un médecin ou autre professionnel de santé habilité.
  • Un espace de stockage suffisant et sécurisé, aménagé de façon à permettre la bonne conservation des médicaments, la mise à l'écart des médicaments non utilisés (MNU) ou impropres à la distribution (médicaments périmés, retraits de lots, ...)
  • Un guichet aménagé pour délivrer des médicaments lorsque l'officine est fermée au public les jours ou soirs de garde.
  • Un emplacement dédié à l'élaboration des préparations magistrales officinales avec un espace pour les liquides volatils.