Toutes les rubriques / Conseils de pharmacien / Coronavirus / Jeunes parents : un confinement bénéfique

Jeunes parents : un confinement bénéfique

Illustration - Jeunes parents : un confinement bénéfique

Adobe Stock - Par capable97

La crise du Covid a chamboulé l’arrivée des bébés mais elle a aussi eu des conséquences positives sur les nouvelles familles.

 

« Un peu de douceur dans un monde brusquement devenu dur ». A contre-courant des impacts anxiogènes de la crise du Covid-19 sur le suivi de grossesse, la période inédite du confinement a aussi engendré ses petits miracles : jamais les pères n’avaient été aussi présents auprès des mères et des bébés à la maison, avec un vrai partage des tâches extrêmement apprécié ! C’est le constat que n’a cessé de faire le Dr Amina Yamgnane, gynécologue obstétricienne à l’Hôpital américain de Neuilly (Hauts-de-Seine), et qui la pousse aujourd’hui à militer pour un congé de paternité semblable à celui des mères. Une idée dans l’air du temps puisque la secrétaire d’État chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes, Marlène Schiappa, propose, elle, de se pencher sur un congé de paternité d’un mois au lieu des onze jours actuels.

« En voyant arriver en visite post-natale les mères qui ont accouché au début du confinement, mi-mars, je ne cesse d’entendre le même récit », raconte le Dr Amina Yamgnane, par ailleurs présidente de la Commission de promotion de la bientraitance en obstétrique du Collège national des gynécologues et obstétriciens français (CNGOF). « Les femmes dont c’est le premier bébé avouent se  demander comment font les autres femmes avec des pères qui repartent au bout de onze jours de la maison. Quant à celles qui ont déjà eu des enfants, elles constatent également que ça a tout changé ».

Effet cocooning

Et les pères, que ressentent-ils ? « Ils sont ravis de l’expérience ! Des pères d’un deuxième enfant disent qu’ils ne se rendaient pas compte de ce qu’était le tête-à-tête avec un bébé nuit et jour pendant des semaines ». Des papas lui confient « réaliser que le congé maternité est une véritable arnaque quand la mère est seule à s’occuper de l’enfant ».

Même lors du séjour très confiné en maternité, durant lequel des protocoles ont généralement permis aux pères de rester avec leurs femmes et leurs enfants , la gynécologue-obstétricienne a observé ces effets cocooning. « Alors que les pères étaient confinés dans la chambre avec les mères et les bébés, sans visite, on a pu observer des bébés très calmes et des montées de lait de qualité. C’était parfait ! », explique-t-elle.  

« Ce qui ressort de tout cela, c’est qu’il faut vraiment militer pour un congé de maternité et de paternité à parts égales, s’enthousiasme le Dr Amina Yamgnane. Lors d’une embauche, le patron d’une entreprise ne ferait plus de différence entre un homme ou une femme de 30 ans ». Marlène Schiappa, vise, elle, l’instauration d’un congé de paternité d’un mois.

Si tout cela aboutit un jour à un allongement du congé paternité, on pourrait bien voir arriver dans les pharmacies plus de pères ultra-engagés et proactifs, anticipant les besoins des mères et des bébés pour leur confort.

Publications Similaires