Toutes les rubriques / Conseils de pharmacien / Santé publique / Stylos d’adrénaline : risque de ruptures de stock

Stylos d’adrénaline : risque de ruptures de stock

Illustration - Stylos d’adrénaline : risque de ruptures de stock

Adobe Stock - Par oldmn

Les patients équipés d’adrénaline sous forme de stylos injectables ne doivent pas en demander le renouvellement prématurément.

L’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) et l’Association française pour la prévention des allergies (AFPRAL) viennent de lancer une alerte à destination des patients utilisateurs de stylos d’adrénaline. Ces médicaments sont notamment détenus par les personnes allergiques, qui doivent les utiliser en urgence en cas de réaction grave. Plusieurs laboratoires pharmaceutiques produisent ce type de spécialités, uniquement disponibles en pharmacie et sur ordonnance.

Pas de renouvellement prématuré

Depuis février dernier, l’une des spécialités d’adrénaline sous forme de stylo injectable, Emerade, n’est plus disponible en pharmacie : certains modèles étaient porteurs d’un défaut risquant d’en perturber le bon fonctionnement. Les nouveaux stylos qui devaient arriver sur le marché au cours de l’été ne seront pas prêts à temps : il faudra attendre octobre prochain pour cela. En attendant, les médecins peuvent continuer à prescrire des stylos produits par d’autres laboratoires, mais ce report de prescription est susceptible d’entraîner des tensions d’approvisionnement sur les médicaments encore disponibles (Anapen, Epipen et Jext). Les autorités de santé et l’AFPRAL demandent donc à chacun de veiller à conserver ses stylos jusqu’à la date de péremption, sans effectuer de renouvellement prématuré des ordonnances.

En particulier, il est demandé aux « directeurs d’établissements scolaires et aux infirmiers et médecins scolaires » de ne pas renouveler au cours de l’été « les stylos d’adrénaline stockés dans les écoles, collèges ou lycées » qui n’ont pas atteint la date de péremption.

Publications Similaires